NOUVELLE DIMENSION DE LA RESPONSABILITE 100% DES PARENTS DANS LA REUSSITE DES JEUNES AUJOURD’HUI

Breadcrumbs

Coaching parental

NOUVELLE DIMENSION DE LA RESPONSABILITE 100% DES PARENTS DANS LA REUSSITE DES JEUNES AUJOURD’HUI

Aujourd’hui le monde a changé et il s’agit de s’en rendre compte, d’accepter ce fait, de  connaitre le mode opératoire du système en cours, de l’utiliser pour un succès garanti dans la vie. Les enfants d’aujourd’hui, qui sont les adultes de demain, doivent être outillés très rapidement pour être prêts parce que comme vous le savez, il n’y a de tranquillité nulle part et ils doivent être prêts mentalement et émotionnellement. Comment ? Nous allons le voir tout à l’heure. Mais disons que c’est la responsabilité des parents avant tout : nous voulons nous adresser aux parents justement et disons tout de go que la responsabilité ne se partage pas sur cette question.

La fin du mythe de la réussite garantie par l’école

Ce que nous voulons dire essentiellement dans l’article présent, se résume comme suit : parents, les leçons que vos enfants n’auront pas apprises à un moment donné, les attendront, et il faudra qu’ils les apprennent tôt ou tard, qu’ils le veuillent ou non. Bien sûr, tout parent que nous sommes, nous nous écrierons que pour notre part, nous faisons tout ce qu’il faut : un toit, des habits, de la nourriture, l’école, et de la protection et plus encore. Super ! Nous nous sommes laissés convaincre que c’est cela faire sa part complète de parents. Et de cette façon, à un moment donné quand cet enfant, en qui les parents (son père et sa mère) pensant avoir investi, ne se montre pas capable de les prendre en charge, de leur faire bénéficier de leur retour sur investissement, les parents sont déçus, accusant de les négliger les enfants devenus adultes qui eux-mêmes se battent comme de beaux diables pour s’en sortir.

Un vrai drame dans les familles ! Et pourtant, pour revenir à la responsabilité 100% des parents, nous ferons la précision suivante : aujourd’hui, l’école, les diplômes, et même les relations que vous avez dans l’administration ou dans telle entreprise où vous avez-vous-même travaillé, se suffisent pas pour assurer l’avenir, la réussite sociale et financière de vos enfants. Il y a eu un temps où ce pari marchait. Aujourd’hui, il faut autre chose, à donner aux enfants : la formation plus structurée du caractère, de la connaissance de soi, de la maitrise de soi, de l’intelligence émotionnelle, de l’intelligence relationnelle, de l’intelligence financière.

Ayant dévolu à l’école la mission de former nos enfant pour le ‘’Paradis terrestre’’ (réussite dans la vie) et aux institutions religieuses celle de les former pour le ‘’Paradis céleste’’, nous autres parents, pour la plupart nous nous sommes dédié totalement à la lutte au creux des vagues le long des jours et bien souvent tard les nuits ou toute la nuit : nous trouvons une excuse à courir après l’argent qui est censé permettre de payer l’école, la nourriture, le loyer, etc. et le traitement de ceux qui font les boulots essentiels à notre place auprès de nos enfants : encadreurs religieux, chaines câblées, nounous… Un désastre ! Oui, puisque nous nous retrouvons plus tard avec nos enfants, devenus jeunes ou adultes toujours incapables de trouver une place au soleil et donc nous nous retrouvons à souffrir, amers devant l’issue triste de notre investissement. Vous connaissez sûrement des parents qui prennent les dossiers de leurs enfants pour aller plaider auprès d’amis, de frères de communauté ou de groupes d’appartenances divers etc. pour que leurs enfants trouvent un stage, un poste. Oui, vous en connaissez et peut-être l’avez-vous déjà fait vous-même parce qu’il n’y a plus suffisamment de places dans les administrations et dans les quelques entreprises privées.  

Et encore, plus grave, vous en voyez et en connaissez aussi des parents qui, après des courbettes pour que l’enfant soit pris, reprennent des promenades dans les services pour faire pardonner des bêtises et incompétences de leurs enfants. Incapables de trouver du travail puis incapables de garder le travail qui leur a été trouvé. Le mal est profond et il concerne un aspect crucial : le savoir-être.

Il faut être pour faire et avoir qualitativement et durablement. De plus en plus, les jeunes ne reçoivent pas cette clé fondamentale. Ne pouvant être, ils ne peuvent faire et donc ne peuvent avoir, surtout qu’aujourd’hui même les meilleurs peinent à trouver. La question « quelle solution alors ? » a sa réponse toute simple : ce que transmet l’école est insuffisant désormais pour tenir les promesses de réussite socio-professionnelle et les parents ont à s’assurer que les valeurs que les enfants ont à acquérir, ils les ont acquises et les leçons stratégiques de ‘’l’école de la vie’’ qu’ils doivent avoir reçu et intégré, ils les ont eues réellement.

On peut comprendre, et on comprend aisément que les parents et toute la société dans son ensemble ait cru à cette promesse d’antan : mettez vos enfants à l’école, ils apprendront à écrire, lire, compter et calculer, puis à partir de ce moment, ils pourront travailler dans l’administration, les entreprises. Et dès qu’on avait le premier diplôme, on avait un poste et un salaire qui nous attendaient. C’était le beau temps de la Toute-puissance de l’école, le temps de la foi aveugle en l’école. Un temps révolu. Aujourd’hui, l’école faisant sa propre autocritique (dans un effort pour se reprendre), accepte de reconnaitre qu’elle ne doit plus former des gens qui savent s’assoir devant un bureau pour recevoir des ordres et répondre mécaniquement ‘’Oui Monsieur’’, ‘’Oui Madame’’. Elle doit former des gens capables beaucoup plus de se poser les questions concrètes de la vie de tous les jours, capables de rechercher des solutions concrètes, de transformer les idées de ces solutions en stratégies, services, produits, objets etc. directement utilisables et consommables, faisant désormais des produits de l’école non des quémandeurs d’emploi mais des offreurs de valeurs, des vendeurs de compétences, des personnes qui challengent la vie et les situations et qui n’auront pas besoin que les parents soient derrière eux pour faire le peu ou le plus dans leur accomplissement.

Retrouvez la suite de cet article dans notre publication de demain sur www.ikbusiness.com

Akpédjé Yao JOHNSONConsultant Leadership transformationnel & Education DéveloppementAuteur « Mettre les outils de Leadership transformationnel & Développement personnel au service de l’Éducation au Développement et de l'Excellence en entreprise / organisation »Email : ikassocies28@gmail.com johnsonaugustin28@gmail.comLinkedin Augustin Yao JOHNSON

Skype : Augustin Yao JOHNSON
Whatsapp : 00228 93 63 14 58
www.ikbusiness.com

Étiquettes